Aujourd’hui, je vais vous faire une grande confidence. Je ne suis pas une vraie fille !
En effet, je déteste le coconut.

Lorsque j’ai rencontré mon mec, il m’a demandé deux choses afin de savoir si nous étions compatibles.

Numéro 1 : Est-ce que tu as des petits savons en forme de coquillage ou de petits animaux ainsi que des bulles fondantes d’huile pour le bain qui collectionne la poussière dans un petit panier d’osier dans ta salle de bain ? Heu… non.

Numéro 2 : Aimes-tu la noix de coco ? Heu… re-non.

Bingo! Nous sommes alors compatibles qu’il me dit. Si la vie pouvait être aussi simple…


Donc, revenons à nos moutons ou plutot à la noix de coco. Toutes les filles aiment la noix de coco. Pas moi. Mais j’adore la cuisine asiatique et indienne qui utilise souvent du lait de coco dans leur préparation. Je cuisine quelques plats originaires de ces régions, mais chaque fois que je tombais sur une recette avec du lait de coco, je faisais delete. Pourtant au restaurant, j’adore ça. En cherchant une recette pour apprêter du porc, je suis tombée sur le satay de porc de Ricardo. Excellente recette. Je l’ai faite telle quelle en ajoutant des oignons verts, des graines de sésame grillées et du jus de lime au moment du service. Dans cette recette, il y a du lait de coco. C’était délicieux. Je crois même que je vais refaire la sauce pour accompagner des dumplings.

En lisant La Presse samedi dernier, il y avait un menu proposé par Ricardo (encore une fois). J’ai décidé de le faire. Cari au poulet et aux pommes sur riz et comme dessert, cupcake de base au chocolat. Je me suis lancé : lait de coco all the way !

Comme la recette contenait des pommes, j’ai cru que les enfants aimeraient bien. Erreur. À leur expression lorsqu’ils ont goûté les pommes il est clair que je me suis manifestement trompée. Ils ont bien aimé les morceaux de viande par contre, mais sans sauce, sans poivron, sans oignon (soupir de désespoir ici). Je vous mets des photos en cour de production. Les plats en sauce ont rarement bonne mine en photo, spécialement lorsqu’on n’est pas organisé et qu’on est au moment le plus pressé de la journée. J’ai accompagné le cari de riz basmati et de chou-fleur à la vapeur. C’était bon, mais je préfère de loin le satay de porc.

 

 

Avec la recette de cupcakes, il y avait une recette de ganache au chocolat et de glaçage à la vanille. Nous ne sommes pas très glaçage. C’est compliqué dans les boîtes à lunch ; ça salit partout. Les cupcakes étaient donc un peu secs sans glaçage, mais ils ont bien fait l’affaire des enfants qui ont arrosé ça d’un grand verre de lait.

 

Morale de cette histoire à la noix de coco : il faut oser essayer même si l’on croit ne pas aimer. C’est ce que je dis toujours à mes enfants. Mon mec m’aime toujours malgré que je cuisine avec du lait de coco et il mange avec appétit ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...