Coco : Maman, je peux apporter mon vélo en vacances? Et mon tuba? Et mon cerf-volant?

Pinotte : Et moi, je peux apporter mon herbier, mon ballon et mon bateau gonflable?


Maman : Mais non les enfants, on n’a pas de place dans l’auto. Maman doit apporter sa cafetière expresso, son mélangeur sur socle, ses moules à muffins, son fouet, son mortier, son presse-ail, son presse-agrume, son bain-marie, ses planches à découper, ses couteaux, sa poivrière, une panoplie d’herbes fraiches, des citrons et des limes, du miel, du gingembre, des pignons, de la crème 35%, de la crème 15%, du pesto, de la moutarde de Dijon, du sirop d’érable, de l’huile de sésame, du pain bio aux germes de blé, des pitas, des olives, des câpres, des œufs, du fromage et de la charcuterie, du saumon fumé, des fruits et légumes, du riz basmati, du riz arborio, du vin, de la Vodka, du Gin, du Triple sec, de la grenadine, du tonic, quelques livres de recettes et finalement, la poêle à crêpe de Papa! Ah, j’oubliais, on apporte aussi l’appareil photo pour photographier ce qu’on mangera. Ça nous fera de belles photos de vacances non? On pourra mettre ça sur le blogue.


Coco : …


Pinotte : …

Sous-entendre pas les … : On en a un peu marre des photos de blogue, on veut de vraies vacances avec une maman sans horaire, sans stress et 100% disponible!

Vous me trouvez pathétique? Bon j’avoue. Mais pour être tout à fait honnête, pour que mes vacances soient parfaites j’aimerais bien avoir tout ça sous la main afin de pouvoir me régaler à tous les repas, tous les jours. À la place, nous allons déjeuner des céréales commerciales, diner des hot-dog et souper du spaghetti-sauce-en-canne. Soupire. Ça me donne presque le goût de rester à la maison. À moins que je réussisse à nous faire inviter pour quelques repas…

Les vacances sont faites pour décrocher, il faut rester dehors et relaxer. Ne pas trainer tous nos outils de cuisine, ne pas rester dans le chalet à popoter. Relax pompon que me dirait mon Mec. Ah? Ah bon, d’accord. J’entends le message. Celui de mes enfants, celui de mon corps.

Quoi? Je suis un peu de mauvaise foi? Oui, c’est vrai, je suis de mauvaise foi. Je dois avoir besoin de vacances. J’adore partir dans ce petit coin du bout du monde avec des gens que j’aime. Nous y allons au deux ans et c’est toujours une grande joie de se retrouver sur le bord de la mer (même si elle est froide) et de prendre le rythme lent des vacances. Il y a plein de choses à découvrir, à explorer. Nous allons manger du homard, des mollusques, du poisson que nous aurons pêché (je refuse les spaghetti-sauce-en-canne à tous les soirs). Peut-être même que ma tante nous apportera une de ses succulentes tartes. Ma mère nous cuisinera de bons trucs (elle commence à être bien installée au chalet). Nous allons découvrir de nouvelles recettes, rencontrer de nouvelles personnes et revoir notre famille, nos amis qui vivent dans ce coin du pays. Nous allons regarder la mer, faire de grandes balades, les pieds à l’eau, se faire souffler par le vent, porter nos tuques et nos bottes d’eau (il faut bien rentabiliser l’achat des bottes des enfants. Ils n’ont pas le temps de les porter 3 fois qu’elles sont déjà trop petites). Et finalement, nous allons servir de repas à des moustiques vampiriques de la taille de colibris. Bon, la dernière partie n’est pas des plus agréable, mais c’est la réalité. Ça fait partie du charme. Note à moi-même : ne pas oublier l’Afterbite.

Je prends vraiment plaisir à cuisiner, à faire des projets créatifs et à écrire ce blogue. Pour ceux qui ne me connaissent pas personnellement, je suis perfectionniste. À la suite de lectures sur d’autres blogues, à des réflexions sur l’implication que le Système D me demande, je crois qu’il est temps que je me le dise franchement, j’ai besoin d’être moins rigide. Je ne vous présenterai peut-être pas toujours les photos du siècle, le look de ce blogue n’est pas tout à fait à mon goût, les textes pourraient être plus raffinés, mais pour l’instant, ça va. Si je me mets trop de pression, je n’avancerai pas et j’y perdrais tout mon plaisir.

Je prends donc une pause en famille et je décroche. Promis. Je mangerai simplement, sans tambour ni trompette, sans me questionner sur les molécules de chacun des ingrédients, mais, en très agréable compagnie. C’est ce qui compte non?

Je vous mets des photos de nos vacances d’il y a 2 ans, histoire de nous mettre dans l’ambiance. Je vous souhaite de bonnes vacances à tous! À bientôt.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...